samedi 5 janvier 2013

[FILM] "Populaire"

Ayant vu la bande annonce à plusieurs reprises, “Populaire” me tentait fort bien. D’abord parce que j’apprécie les acteurs principaux (Deborah François et Romain Duris) et ensuite parce que je trouvais original de traiter la machine à écrire comme sujet principal d’un film.
            Rêvant de quitter son petit village natal, Rose Pamphyle (Deborah François) tente sa chance en ville en postulant pour un emploi de secrétaire. Maladroite et pire assistante que l’on ait jamais vue ; Rose est néanmoins embauchée par Louis Echard (Romain Duris) qui perçoit de suite le don qu’a Rose pour taper rapidement à la machine à écrire. Ambitieux et avide de performance, Louis inscrit Rose à un concours de dactylographie et compte bien en faire une championne internationale.
            Evidemment, les sentiments s’en mêlent : le cœur de Rose se met à battre de plus en plus fort au rythme des touches de sa machine ; pour un homme qui ne voit en elle qu’un symbole de sa propre envie de réussir, d’aller toujours plus haut. Mais c’est sans compter sur le caractère spontané de Rose, qui compte bien faire voler en éclat la carapace de son mentor.

            Je n’en dirais pas plus pour ne pas spoiler, mais « Populaire » est assez prévisible, suivant des schémas assez classiques des histoires d’amour au cinéma. Néanmoins, j’ai visionné « Populaire » avec plaisir. Parce que si l’histoire d’amour en elle-même fait partie du « déjà vu », elle est traitée sous un angle original qu’est la compétition dactylographique. Sorti en 2012, « Populaire » nous ramène aux temps déjà lointains où les ordinateurs n’existaient pas, où il fallait être très prudent en tapant à la machine si l’on voulait un texte propre et sans faute. Je me souviens avoir rédigé un travail pour le cours de français en première secondaire (il fallait inventer un sujet de couverture de livre + le premier chapitre ; j’avais intitulé mon livre « La soupe de l’épouvante »... ahem ^^) avec la vieille machine à écrire de ma maman. Souvenir, souvenir. J’en regretterais de ne pas avoir conservé cette vieille machine pleine d’histoires.
           
            Par ailleurs, je reste convaincue grâce à « Populaire » que Déborah François et Romain Duris sont de bons acteurs.
            Déborah François m’avait emballée avec sa prestation dans « La tourneuse de page ». Elle y est juste exquise dans son rôle de vengeresse. (Oui, l’attrait pour la vengeance c’est moche ; mais puisqu’il est plus judicieux de reconnaître ses défauts pour mieux vivre avec : je vous l’avoue, je suis une adepte de la vengeance).
            A Rose Pamphyle, Déborah François apporte beaucoup de fraîcheur, spontanéité et humanité. Rose est autant une petite chose fragile qu’elle ne se laisse pas abattre. Et tout comme Rose ne flanche pas devant Louis, notre actrice belge encore peu connue est loin de faire pâle figure devant le nom bien connu du cinéma français qu’est Romain Duris.
            Ce dernier m’a semblé moins convaincant au début du film. Je le trouvais trop maniéré. Ce n’est qu’au fur et à mesure que j’ai compris qu’en fait, c’est le personnage de Louis Echard qui est maniéré. Louis se cache derrière un personnage qui n’est pas lui-même, pour se protéger, parce que Rose l’attire mais qu’il ne veut pas succomber à la flamme de peur de s’y brûler les ailes. Romain Duris interprète donc un personnage qui essaie de se faire passer pour un autre : ce que j’ai pris au départ pour un mauvais jeu d’acteur de Romain Duris est en fait un mauvais jeu de Louis Echard. Et là j’ai envie de dire « Une fois de plus, Romain, tu m’épates. » De « De battre mon cœur s’est arrêté » à « L’arnacoeur », Duris diversifie ses rôles et me met des petits cœurs dans les yeux à chaque fois.

            Si « Populaire » ne m’a pas transportée, il m’a fait passer un très bon moment. « Populaire » est un film très frais et drôle, excellent pour se vider la tête. Si le film tangue parfois vers les bons sentiments, il évite de se noyer dans l’eau de rose et c’est tant mieux. Sur ce, m’en vais me vernir les ongles façon Rose Pamphyle.

            Solaena

            P.S. : ce film c’est également l’occasion de voir Nicolas Bedos se prendre un râteau. Le supportant de moins en moins, « Populaire » m’est d’autant plus délectable mouhahahahaha :D



Aucun commentaire:

Publier un commentaire